La presse se fait largement l’écho ce samedi 31 mars de l’éviction d’André Augier, centriste sans étiquette du groupe centriste de l’agglo nantaise (Nantes Métropole). Celle-ci intervient après ma décision de démissionner  du groupe centriste pour provoquer une nouvelle élection, décision que j’ai prise en toute connaissance de cause, et que j’assume totalement.

André Augier a été élu à l’agglo en 2008 grâce au MoDem. Alors qu’il quittait la liste UMP, c’était la condition qu’il imposait au MoDem pour le rejoindre et l’aider à former un groupe. Depuis 2008 il a refusé de travailler avec le MoDem, estimant ne pas partager ses valeurs. Il est soutenu par le Nouveau Centre pour les législatives 2012 sur la 2ème circonscription de Loire-Atlantique, face à ma propre candidature à l’investiture MoDem.

Il est un temps où chacun doit prendre ses responsabilités.

J’ai demandé à A. Augier de prendre les siennes et de céder son siège de l’agglo à Isabelle Loirat, qui depuis qu’elle a été élue conseillère municipale en 2008 porte haut les couleurs du MoDem, que ce soit par son implication dans les dossiers, son approche non partisane des questions de fond, sa fidélité à l’éthique d’indépendance prônée par François Bayrou.

M Augier a refusé de le faire. J’ai pris acte de ce refus et ai provoqué une nouvelle élection à l’issue de la quelle  A. Augier  a  perdu son poste, sans toutefois qu’ I. Loirat ait été élue, à mon grand regret.

Mais le centre indépendant et lisible, tel que François Bayrou l’a défendu au cours de ces cinq dernières années, ne sera pas moins bien représenté en l’absence de M. Augier.

Benoît Blineau, conseiller municipal et président du groupe Centre démocrate à la Ville de Nantes et conseiller communautaire à Nantes Métropole. Réaction suite à l’article paru dans Ouest France « Du rififi au sein de la famille centriste » le 31 03 12.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email