photo Yvon + sylvie 1

Yvon Chotard et sa suppléante Sylvie Tassin  en pleine discussion!

Voici ce qu’écrivait Yvon Chotard en 1998, alors qu’il créait un club: « Pour un contrat politique » dont le but était de « se donner les moyens de savoir s’il existe un espace politique à Nantes et en France pour une gauche qui ne soit pas nécessairement socialiste, une gauche qui conjugue l’esprit de liberté et de justice sociale. »

Extraits:

« Le monde change et change vite, mais les idées politiques dans notre pays ne changent pas.Les partis ne semblent soucieux que des élections. L’idéologie fait alors bon ménage avec le clientélisme, mais les références historiques et morales de la gauche française renvoient toujours aux pères fondateurs du socialisme, utopique ou « scientifique ».

Le peuple de gauche est donc prié de conserver la foi socialiste qui demeurerait l’horizon indépassable de nos espérances.

…Or nombreux sont ces gens de gauche qui ne croient pas aux facilités du paradis administratif, modèle soviétique ou modèle social-bureaucrate.

Les Anglais du New Labour ont renversé les vieux dogmes et inventé une politique nouvelle, réaliste et pragmatique, mais pétrie d’idéal raisonnable.Ce libéralisme a été caricaturé et calomnié, car il est plus facile de s’abriter derrière règlementation et fonctionnarisation dévorantes que de libérer la créativité et l’énergie humaine et de rendre dignité et responsabilité aux exclus.

Il faudra de l’audace en France pour remettre en cause un système économique et social injuste qui compense péniblement une taxation exhorbitante du travail par l’assistanat- gage de bonne conscience- , qui condamne  l’assisté à toujours davantage d’exclusion et de dépendance.

La paresse intellectuelle qui sous-tend ces schémas usés ne peut trouver remède que dans le réveil des citoyens qui doivent prendre la peine de réfléchir par eux mêmes, redécouvrir la liberté de penser et de s’exprimer, retrouver le sens de la démocratie, pour se la réappropier. »

Yvon Chotard.

 

Je retrouve dans ce contrat politique proposé par Yvon Chotard en 1998  les raisons qui m’ont amenée au MoDem en 2007 et qui font que j’y reste aujourd’hui: la conviction qu’il y a décidément quelque chose d’urgent à faire pour sortir de l’enfermement que nous proposent la droite et la gauche en toute mauvaise foi, et qui n’a rien d’humaniste parce qu’il vise à instrumentaliser l’homme-électeur au lieu de réveiller ce qui le fait homme, c’est à dire son libre arbitre, et l’intelligence que ce dernier mobilise.

La seule voie que je trouve  juste est l’espace d’expression  affranchi des dogmes et donc à l’écoute de l’Homme- espace  que tente de dessiner le centre, avec toutes les difficultés que l’on sait.


Sylvie Tassin.

Pour plus d’infos, le blog d’Yvon Chotard et Sylvie Tassin.       http://sylvietassinmodem44.over-blog.com/

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email