juin 2012


Chers adhérents, chers militants, chers volontaires de campagne, chers sympathisants,

 

  • Un conseil national se tiendra samedi 30 juin à Paris .

Nos conseillers nationaux Patricia Gallerneau, François-Xavier Delcamp, Franck Meyer et Isabelle Loirat s’y rendront.

Je vous remercie de me faire parvenir vos remarques,  vos critiques, vos souhaits afin qu’ils s’en fassent les relais efficaces.

Je propose à tous ceux qui préfèrent en discuter de vive voix  de me rejoindre pour une réunion /apéro  de préparation à ce CN

mercredi 27 juin  de 18h30 à 20h00 à la permanence MoDem, 84 rue des Hauts Pavés.

Nous pourrons rédiger une contribution commune.

Pensez à apporter une petite collation , histoire de nous donner  du cœur à l’ouvrage !

 

  • Nous tiendrons un conseil départemental lundi 2 juillet , auquel sont invités  tous les membres de la section nantaise du MoDem ainsi que tous les volontaires de campagne que je tiens encore une fois à remercier chaleureusement de leur énergie , de leur disponibilité, de leur gentillesse.

 

Nous pourrons ainsi entendre le compte rendu de nos conseillers nationaux , et dessiner des perspectives d’avenir avec tous ceux qui  sont toujours déterminés à tracer une voie politique différente!

 

Ce conseil départemental aura lieu

à partir de 20 h 30 à la « Maison des Haubans », 1 bis Boulevard de Berlin à Nantes 44 000

                                                                         (Malakoff, au pied du nouveau pont Eric Tabarly).

Bien amicalement,

 

Sylvie Tassin,

Présidente de la section MoDem Nantes,

06 87 19 80 09.

Un grand merci à vous tous, chers référent territoriaux,  Véronique, Sylvie, Patricia, Gérard, Patrick, Patrice, Jean Baptiste, Jérôme, Jean Hugues, Jean Claude, Olivier,  et tous ceux qui ont collé partout dans le 44 pour faire connaître les candidats du Centre pour la France.

Un grand merci aussi  à François  Marani, notre directeur de campagne sur Nantes 2, qui a souvent travaillé sous haute pression, à Isabelle Loirat, présidente MoDem44, qui nous a toujours soutenus avec énergie, et merci à toi, Yvon, pour cet humanisme dont tu fais si bien preuve au quotidien!

Sylvie Tassin, candidate suppléante d’Yvon Chotard sur Nantes 2, présidente de la section MoDem  Nantes.

Un bravo particulier pour ce bouquet final à Véronique et Gérard.

 

 

yvon-bureau.jpg

Dans ses écrits intitulés « La leçon posthume des négriers nantais », Yvon Chotard démontre à quel point l’essor d’une ville peut s’inscrire dans un développement durable à condition qu’elle n’occulte pas son passé même lorsque c’est difficile – celui de Nantes s’enrichissant sur le dos des esclaves par exemple..

Nantes a pu s’assumer dès lors qu’elle a affronté son passé  en rendant justice aux  « victimes du commerce immoral. », et elle donne aujourd’hui l’image d’une« ville militante de la mémoire et de l’histoire ».

Cette volonté de se confronter à  son passé pour  le dé-passer et envisager l’avenir est tout l’esprit de l’association dont Yvon Chotard  est président  « les Anneaux de la Mémoire », qui articule son travail sur les questions de mémoire à  la  lutte contre  contre toutes les formes d’esclavage contemporain (trafic d’humains, travail des enfants, discriminations…).

Voir le site dédié à l'association

 

  • Réaliser cette jonction  passé-présent-avenir est tout l’enjeu du développement durable.

A  une époque où nos élus se laissent prendre « dans le tourbillon d’informations incomplètes et invérifiables », ne savent plus sortir de          « l’analyse parcellaire et provisoire », prenant des décisions « au coup par coup », qui « dessinent comme une fatalité un monde sans cohérence ni unité« , la planète donne des signes d’épuisement alarmants qui vont les obliger à se replacer dans le temps, et à utiliser le moment présent comme le simple trait d’union entre passé et futur, et non plus comme une fin en soi.

Yvon Chotard dans ses écrits  rappelle que le conseil des sages de certaines  tribus indiennes ne concluait aucune délibération avant d’en avoir mesuré les conséquences jusqu’à la 7ème génération de descendants.

Ils ne disposaient pourtant pas de toutes les données statistiques auxquelles nous avons accès aujourd’hui, et que certains se complaisent à réfuter.

Ils savaient utiliser leur sens de l’observation et de l’écoute du monde, la mettre en lien avec ce qu’ils connaissaient de leur passé, pour mieux se projeter dans ce que pouvait être demain.

La mémoire est ce qui protège l’avenir, et elle ne doit pas être utilisée comme une manière de le figer  (comme par exemple Jean-Marc Ayrault le fait lorsqu’il argue de la vieillesse de son projet d’aéroport à Notre Dame des Landes  pour tenter de démontrer qu’il est incontournable « le débat a déjà eu lieu! » ).

Notre mémoire doit au contraire être le moyen de toujours orienter nos décisions d’aujourd’hui vers un avenir au plus près du respect de l’Homme et de l’Environnement dont il a besoin pour vivre.

 

Sylvie Tassin.

Pour en savoir davantage, le blog de Sylvie Tassin et Yvon Chotard:  http://sylvietassinmodem44.over-blog.com/

photo Yvon + sylvie 1

Yvon Chotard et sa suppléante Sylvie Tassin  en pleine discussion!

Voici ce qu’écrivait Yvon Chotard en 1998, alors qu’il créait un club: « Pour un contrat politique » dont le but était de « se donner les moyens de savoir s’il existe un espace politique à Nantes et en France pour une gauche qui ne soit pas nécessairement socialiste, une gauche qui conjugue l’esprit de liberté et de justice sociale. »

Extraits:

« Le monde change et change vite, mais les idées politiques dans notre pays ne changent pas.Les partis ne semblent soucieux que des élections. L’idéologie fait alors bon ménage avec le clientélisme, mais les références historiques et morales de la gauche française renvoient toujours aux pères fondateurs du socialisme, utopique ou « scientifique ».

Le peuple de gauche est donc prié de conserver la foi socialiste qui demeurerait l’horizon indépassable de nos espérances.

…Or nombreux sont ces gens de gauche qui ne croient pas aux facilités du paradis administratif, modèle soviétique ou modèle social-bureaucrate.

Les Anglais du New Labour ont renversé les vieux dogmes et inventé une politique nouvelle, réaliste et pragmatique, mais pétrie d’idéal raisonnable.Ce libéralisme a été caricaturé et calomnié, car il est plus facile de s’abriter derrière règlementation et fonctionnarisation dévorantes que de libérer la créativité et l’énergie humaine et de rendre dignité et responsabilité aux exclus.

Il faudra de l’audace en France pour remettre en cause un système économique et social injuste qui compense péniblement une taxation exhorbitante du travail par l’assistanat- gage de bonne conscience- , qui condamne  l’assisté à toujours davantage d’exclusion et de dépendance.

La paresse intellectuelle qui sous-tend ces schémas usés ne peut trouver remède que dans le réveil des citoyens qui doivent prendre la peine de réfléchir par eux mêmes, redécouvrir la liberté de penser et de s’exprimer, retrouver le sens de la démocratie, pour se la réappropier. »

Yvon Chotard.

 

Je retrouve dans ce contrat politique proposé par Yvon Chotard en 1998  les raisons qui m’ont amenée au MoDem en 2007 et qui font que j’y reste aujourd’hui: la conviction qu’il y a décidément quelque chose d’urgent à faire pour sortir de l’enfermement que nous proposent la droite et la gauche en toute mauvaise foi, et qui n’a rien d’humaniste parce qu’il vise à instrumentaliser l’homme-électeur au lieu de réveiller ce qui le fait homme, c’est à dire son libre arbitre, et l’intelligence que ce dernier mobilise.

La seule voie que je trouve  juste est l’espace d’expression  affranchi des dogmes et donc à l’écoute de l’Homme- espace  que tente de dessiner le centre, avec toutes les difficultés que l’on sait.


Sylvie Tassin.

Pour plus d’infos, le blog d’Yvon Chotard et Sylvie Tassin.       http://sylvietassinmodem44.over-blog.com/

 

Marc Fesneau est venu soutenir les candidats du MoDem en Loire Atlantique hier ( Patricia Gallerneau sur la 7ème circonscription, Emilia Neto sur la 3ème,Yvon Chotard sur la 2ème -Nantes Centre). Il a à cette occasion rappelé les fondamentaux de la démarche MoDem: unité nationale pour sortir le pays de la crise, produire en France, obtenir une dose de proportionnelle pour une meilleure représentativité politique, moralisation de la vie publique.

 

IMG 070612 0002

 

Elle a refusé de céder aux pressions de l’Alliance Centriste, « centre » traditionnellement inféodé à la droite,  qui voulait sacrifier la candidature de sa jeune militante  pour ne pas gêner l’UMP.

C’était sans compter sur le refus d’Emilia de légitimer les dérives ultra- droitières de L’UMP à des fins purement  électoralistes.

La jeune femme revendique clairement son indépendance, et le centre ne s’en portera que mieux, quoiqu’en disent les vieux  centristes usés par des années de connivences.

Sylvie Tassin, présidente de la section MoDem de Nantes.

 Ci-dessous article paru dans Ouest France aujourd’hui 6 juin.

C’est ce qu’on appelle avoir du cran, affronter un premier ministre en poste! Bravo Emilia et Franck!

Ci-dessous un article de Ouest France du 4 juin qui montre que le seul centriste non inféodé à la droite sur Nantes 2  est  Yvon Chotard, soutenu par le MoDem.

Au MoDem, nous ne voulons pas d’une cohabitation, qui serait contre-productive pour les Français. Mais un raz-de-marée PS  aggraverait  sa tendance hégémonique déjà très fortement marquée .

L’hégémonie n’a jamais aidé à prendre des décisions justes. Or c’est de justice et d’équilibre que la France a le plus besoin après 5 années de Sarkozysme.

Le meilleur garde-fou contre toute forme de dérive partisane et clivante  se situe  bien  au centre .

Dont acte?

Sylvie Tassin.

 

 

Nantes. La participation, la clef du scrutin

La participation, la clef du scrutin
Mardi 5 juin 2012

Marie-Françoise Clergeau, députée socialiste sortante, sollicite un quatrième mandat. Face à elle, dix candidats, dont six femmes et notamment l’UMP Laurence Garnier

Le score de la « présidentielle », peut-être trompeur

60 % pour Hollande ; 40 % pour Sarkozy. C’est le résultat de la présidentielle sur la deuxième circonscription de Loire-Atlantique (Nantes). Un score trompeur qui ne doit pas laisser croire que Marie-Françoise Clergeau, la députée sortante socialiste sera forcément réélue dans un fauteuil le 17 juin. L’histoire est là pour inciter l’intéressée à la prudence, dans la seule circonscription purement nantaise de Loire-Atlantique. Ce territoire regroupe environ 123 000 habitants et comprend des quartiers populaires et une partie plus bourgeoise : le secteur boulevard Guisth’au, Monselet, fief inamovible de droite dans une ville très rose.

Leçon d’histoire ou l’importance de la participation

En 1997, Marie-Françoise Clergeau est devenue pour la première fois députée en battant Élisabeth Hubert, l’élue sortante RPR de l’époque et ancienne ministre de la Santé. Mais en 2002, elle n’a gardé son siège que pour 324 voix, c’est-à-dire trois fois rien, face à François Pinte… En 2007, c’est le premier tour qui a donné quelques inquiétudes à Marie-Françoise Clergeau : le total des voix de gauche ne passait même la barre des 50 %. Pourtant au final du second tour, la socialiste l’emportait aisément toujours face à François Pinte.

En fait que ce soit en 2002 ou 2007 ou même en 1997, la clef de l’élection a résidé dans le taux de participation qui avait été très faible en 2002.

Et en 2012, les électeurs ne seront-ils pas tentés par l’abstention ? Si la participation est forte, la socialiste Marie-Françoise Clergeau, une femme de terrain bénéficiant d’une vraie notoriété, sera sans doute difficile à battre. Reste à rassembler dès le premier tour.

À droite et au centre droit, une vraie concurrence

Sur la ligne de départ, onze candidats se disputent les suffrages des électeurs.

Laurence Garnier de l’UMP entend faire mieux que François Pinte. Pour y parvenir, elle a pris pour suppléant Loïc Le Masne, seul conseiller général de droite à Nantes, élu sans discontinuité sur le 4e canton, autour du fameux secteur Guith’au/Monselet.

Laurence Garnier, conseillère municipale d’opposition, a multiplié les initiatives médiatiques pour faire parler d’elle. Ses militants allant jusqu’à sillonner la circonscription en 2 CV. Mais l’élue locale, qui est partie en campagne dès l’automne dernier, se retrouve en concurrence directe avec Georges Barret, du parti Chrétien-démocrate. Cet avocat est un militant associatif de longue date. « J’ai une union de mouvements derrière moi. » Quels que soient les résultats, Georges Barret s’inscrit dans le long terme en pensant comme de nombreux autres candidats à 2014 et entend ratisser large, jusqu’au centre droit. Centre droit où se situe aussi Jean-Philippe Guillouche de l’Alliance centriste.

Au centre, le nom d’Yvon Chotard, un autre avocat, a longtemps été associé à celui de Jean-Marc Ayrault. Mais en 2008, ce dernier a fait sans lui pour monter sa liste aux municipales et l’indépendant du centre gauche a fait sécession. Il bénéficie aujourd’hui du soutien du Modem et concourt sous la bannière du centre pour la France.

Le poids des écologistes et du Front de gauche

À gauche, deux candidates visent un score à deux chiffres. La verte Pascale Chiron espère faire aussi bien qu’aux dernières cantonales quand elle est parvenue à accéder au second tour. Elisa Delisante, candidate du Front de gauche, pour sa part, s’appuie sur les 13 % réalisés par Jean-Luc Mélenchon à Nantes. Et à la gauche de la gauche, les représentants de NPA et LO entendent bien capter ceux qui ne croient pas dans le Parti socialiste.

Évidemment, le Front national est aussi bien présent, avec Michel Lombardo qui tentera de dépasser le score de Marine Le Pen. Décidemment la présidentielle demeure la référence !

Les résultats du 10 juin 2007

François Pinte, (UMP), 38,93 % ; Jacqueline Picca-Dubreuil (MPF), 1,38 % ; Abdel Ghani Moussali (G2007), 1,22 % ; Damaris Merlet (UDB), 0,79 % ; Barbara Lussaud (FN), 1,56 % ; Paul Teilleux, (MNR) 0,31 % ; Pascale Chiron (Les Verts), 5,16 % ; Marie-Annick Benatre (PCF), 1,35 % ; Jean-Yves Bocher (UDF Modem), 8,55 % ; Thierry Fourage, (LCR), 2,38 % ; Catherine Chirat (RIC), 0 % ; Hélène Defrance (LO), 0,59 % ; Jean-Louis Rebière, 0,48 % ; Marie-Françoise Clergeau (PS) (LFA), 36,40 % ; Roselyne Morel, 0,69 % ; François Chapron (AGORA), 0,21 %.

Philippe GAMBERT.

Page suivante »