Editorial


 

Alors qu’on  nous assène en permanence que nous devons, nous citoyens lambda, multiplier nos efforts pour enrayer l’augmentation vertigineuse de la dette, j’avais envie de voir si de l’autre côté, le monde de la finance fournit aussi sa part de sacrifice.

 Je me suis donc créé une alerte Google « régulation financière », et je reçois à l’instant deux articles édifiants :

  • Aux USA le secrétaire d’état au Trésor a fort à faire avec les Républicains qui tentent de vider la loi de réforme de la régulation financière « Dodd Franck » * de sa substance (Loi  promulguée en juillet 2010 destinée à empêcher de nouvelles dérives de l’économie financière).

Extraits du discours de Timothy Geithner :

« Même avec tous les dégâts provoqués par cette crise, avec des millions d’Américains qui luttent toujours pour trouver du travail ou garder leur maison, et même face à la crise européenne, nous voyons un effort déterminé pour ralentir et affaiblir des réformes qui sont essentielles à notre capacité à protéger les Américains d’une autre crise (…..) Si ces efforts pour affaiblir la réforme réussissent, alors les consommateurs seront plus vulnérables à l’avenir à des abus, les entreprises à des contractions du crédit provoquées par des erreurs financières et l’économie à des crises dévastatrices ».

http://www.afriqueexpansion.com/aem-afp/3222-usa-geithner-denonce-les-adversaires-de-la-regulation-financiere-.html

  • Deux associations de défense du secteur financier ont porté plainte vendredi contre le régulateur américain du marché des contrats à terme (« futures »), contestant  l’introduction de nouvelles règles destinées à freiner la spéculation sur les matières premières.

http://www.lesechos.fr/investisseurs/actualites-boursieres/reuters_00404880-usa-plainte-de-financiers-contre-le-regulateur-des-futures-257828.php

 

 

Si on veut éviter une explosion sociale, et une surreprésentation politique de mouvements ou personnages aussi démagogues qu’ inefficaces et dangereux,  il est temps que des hommes politiques responsables coordonnent leurs efforts pour venir à bout du lobbying insupportable des financiers.

La question du courage politique face au monde de la finance se pose de manière de plus en plus aigüe, c’est une vision humaniste de l’avenir de notre planète qui se joue sur cette question.

Sylvie Tassin.

 

*Pour plus d’infos , cliquez ici : http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20100716.OBS7193/la-reforme-historique-de-wall-street-adoptee-par-le-congres.html

 

Segolene Royal au Katorza le 01 octobre 2011

Nous avons reçu une invitation officielle de Terra Nova, le think tank du PS à venir assister à la venue de Ségolène Royal à Nantes dans le cadre des débats sur le projet des candidats à la présidentielle. Après réflexion et après avoir répondu que notre présence était un simple signe d’ouverture au débat aux organisateurs, et nullement un soutien, je me suis rendu avec François Marani au cinéma Katorza à 11h00.

Nous étions curieux de savoir à quelle séance de projection nous allions assister.. Nous n’avons pas été déçus.

Nous nous sommes retrouvés à côté de M Fallourd, le collaborateur parlementaire du député F De Rugy. La salle de cinéma regroupait un peu moins de 200 personnes, avec un public relativement âgé, et pour la plupart déjà acquis à la cause de leur mentor politique. Quel contraste avec 2006, lorsque la cité des Congrès était bondée lors sa venue au moment des primaires réservées aux seuls militants ! Mais il est vrai à l’époque, elle avait le soutien de JM Ayrault, qui a le don de toujours de prendre position pour le « cheval » le mieux placé dans les sondages.

Ségolène Royal est arrivée avec un peu de retard sur l’horaire prévu, ce qui n’a pas permis au public de pouvoir poser des questions à la fin , et notamment celles que nous avions prévues sur sa position sur l’aéroport. Où sont passés les fameux débats participatifs ?

Ceci dit quelques militants anti aéroport étaient là pour l’accueillir et lui remettre un tract bien approprié...

La question de l’aéroport  Notre Dame Des Landes a été mise sur la table par l’un des deux journalistes présents (AFP et Nouvel Observateur). A voir la tenue du débat et des invités présents, il n’y a pas de doute que tout le contenu du discours avait été murement réfléchi. Et là Mme Royal a lâché un scoop en mettant en doute le bien fondé de l’aéroport.

Voir l’article de Presse Océan : http://www.nantes.maville.com/actu/actudet_-Segolene-Royal-remet-en-cause-l-aeroport-de-Notre-Dame-des-Landes_dma-2005352_actu.Htm

Cette prise de position, trouve d’ailleurs une certaine cohérence par rapport au modèle de développement qu’elle propose basée sur la « croissance verte ». Autant dire que certains de ses partisans notamment M Mareshal fervent défenseur de la construction de l’aéroport ont du en avoir l’estomac retourné. A noter d’ailleurs que le responsable de la fédération 44 du PS, M Gralepois a quitté la salle à la suite de ces déclarations..

Au delà de la question de l’aéroport, ont été abordés les thèmes :

  • de l’entrepreneuriat et de la production locale dans les PME, thème central développé et sans doute inspiré des propositions de François Bayrou
  • de la morale publique et de la corruption : S Royal s’est d’ailleurs insurgée qu’un sénateur socialiste condamné pour abus sexuel soit toujours en place avec l’aval de la direction de la rue de Solferino.
  • de la place des citoyens dans la démocratie : les jurys citoyens proposition phare de 2007 sont revus et corrigés selon elle en « comités citoyens » ; ce dispositif serait complété par un organe de surveillance supplémentaire des engagements chargé de contrôler la mise en application des promesses électorales (composés de parlementaires de la majorité et de l’opposition).
  • de la place des sondages dans cette élection : la candidate s’est scandalisée du « lavage de cerveau » et du « matraquage » des citoyens organisé qui tendrait à imposer le choix d’un homme ou femme providentiel(le) face à Nicolas Sarkozy.
  • du problème des médias : elle considère que les débats lors la primaire socialiste n’ont pas été à la hauteur des enjeux et que globalement les médias agissent par « paresse intellectuelle »
Bref au vu de ses prises de position et des critiques à ses « amis » et « camarades » du PS,  il est judicieux de se demander pourquoi elle y a toujours sa carte. Voudrait t’ elle nous rejoindre dans notre combat pour plus de démocratie et plus d’exigences sur le plan économique social et environnemental ? 

Pour finir, nous avons pris connaissance du tract de Ségolène Royal avec ses 10 engagements à la nation; nous avons été étonnés du format qui reprend  le décorum de l’appel du 18 juin. Ségolène se prendrait t elle pour le Général de Gaulle ?

Ps : nous ne manquerons pas de vous fournir le lien vers la vidéo de ce moment mémorable dans la chronologie politique dès que celle ci sera disponible..

David Le Borgne,

MoDem section nantaise

 

Le mot d’accueil de l’Université 2011 :

Image de prévisualisation YouTube

L’intégralité du discours de clôture :

http://www.dailymotion.com/video/xl5tfa

 

 

 

Chers amis,

L’Université de rentrée approche.  Comme vous le savez, elle aura lieu du vendredi 16 au dimanche 18 septembre sur la presqu’île de Giens, dans le Var.

Cette manifestation prendra cette année une tonalité toute particulière.

Quelques jours après la sortie de son livre « 2012, état d’urgence », François Bayrou prononcera un important discours dimanche 18 septembre à 11 heures.

Dès vendredi, à partir de 15 heures, nous aurons le plaisir d’accueillir, autour des vice-présidents et des élus du Mouvement démocrate, un plateau exceptionnel de personnalités qui ont accepté de nous rejoindre pour cet évènement de rentrée :

Compte tenu du nombre d’hébergements limité sur le site de Giens, nous vous invitons à vous inscrire au plus vite à cette Université de rentrée en cliquant ici. Il reste encore quelques places disponibles sur le site !

Toute notre équipe reste à votre entière disposition.

Très amicalement,

L’équipe d’organisation de l’Université de rentrée

Quelques extraits choisis :

« Les mauvais jours finiront. La France va s’en sortir. Un jour, dans 5 ans, dans 10 ans, notre crise d’aujourd’hui ne sera plus qu’un mauvais souvenir. C’est cet espoir, ou plutôt cette certitude, qui est le sujet de ce livre. »

 

« C’est une guerre que nous avons à livrer, plus de l’ordre de l’asphyxie progressive que du bombardement…Pour gagner une guerre, il faut se concentrer sur l’essentiel. »

 

« C’est le chantier politique le plus impressionnant du siècle. Il ne se résoudra pas par un énième changement de majorité, de président, ni par le passage programmé, obligatoire, de la droite à la gauche… Il faut une majorité du courage, non d’un bord contre l’autre mais une majorité centrale…Ce sont des temps où le courage n’est pas un luxe. Il devient une nécessité. La France dévale un toboggan auquel son modèle de société ne résistera pas. Ni ses allocations, ni nos services publics, ni notre système de santé, ni nos investissements locaux et nationaux. »

 

Toujours en tête des ventes de livres politiques quinze jours après sa sortie, « 2012, état d’urgence » fait l’objet de nombreuses chroniques de journalistes.

Leur point commun ? Elles saluent unanimement la qualité de cet ouvrage, tant sur la forme que sur le fond. Le Monde, Marianne, Les Échos, Libération… découvrez ci-dessous un éventail de ces critiques !

« Précisons le d’emblée, pour ne plus avoir à y revenir : le nouveau livre de François Bayrou– 2012, état d’urgence – est remarquable. Pour deux raisons au moins : d’abord le chef centriste écrit lui-même, dans une fort belle langue, ce qui ne gâche rien et n’est pas banal parmi les responsables politiques ; cela ne serait qu’anecdotique si, ensuite, l’auteur ne nous offrait en quelque 150 pages une analyse pertinente de cette langueur qui accable la France et d’intéressantes solutions pour y remédier. Enfin un homme politique qui accepte de faire son métier, de prendre des risques, de sortir des sentiers balisés et des convenances, de réfléchir, d’ouvrir d’autres pistes. »
Maurice Szafran, Marianne

« Au milieu de la floraison estivale d’ouvrages politiques, il présente une double originalité : il est pratiquement le seul à être vraiment l’auteur du livre qu’il signe ; et on y décèle une nette inflexion politique. Son précédent ouvrage (Abus de pouvoir, 2009) constituait un réquisitoire féroce, talentueux, caricatural contre Nicolas Sarkozy présenté en «enfant sauvage ». Ce livre-ci, toujours bien écrit, toujours personnel, toujours plein de verve, rétablit la balance. François Bayrou critique vigoureusement Nicolas Sarkozy, dont il ne partage ni les valeurs, ni les méthodes, ni les choix stratégiques mais il le fait de façon nettement plus tempérée et rationnelle : méthodique plutôt que compulsif. De plus, il décoche vers le PS une généreuse volée de flèches. Après lecture, le projet socialiste ne compte plus ses plaies et ses bosses. Contrairement à la boutade Mitterrandienne, dans ce livre, François Bayrou n’apparaît ni de gauche, ni de droite, mais lui-même avec ses priorités et ses propositions. »
Alain Duhamel, Libération

« Campagne 2012 : Bayrou relève le niveau. ‘Produire et Instruire’ : c’est le nouveau slogan de François Bayrou. Un slogan concret qui, pour une fois, ne semble pas sortir tout droit d’un brainstorming de communicants payés pour vendre du rêve. »
Chloé Demoulin, Marianne2

« Le présent lui donne raison… La crise actuelle vient à point nommé pour permettre au centriste de faire à nouveau valoir cette crédibilité qui l’avait consacré ‘troisième homme’ de la dernière présidentielle. L’inquiétude conjoncturelle vient donc confirmer son diagnostic sévère sur l’état du pays. »
Caroline Derrien, Les Echos

« François Bayrou sonne le tocsin. Non pas pour jouer les Cassandre, promettre du sang et des larmes comme Churchill en mai 1940, mais pour dire que des solutions existent pour sortir la France de la spirale du déclin. »
Christophe Forcari, Libération

« Il y développe une vision de la France, une conviction et des certitudes qui, sauf à déserter, lui imposent de s’engager, une nouvelle fois, dans la bataille présidentielle. Car l’heure est grave, la patrie en danger et François Bayrou n’a pas peur des mots.‘C’est une guerre que nous avons à livrer’, écrit-il, ‘une guerre contre nos propres faiblesses’… Telle est la conviction exprimée, sans fausse modestie, par ce livre imprécateur et vigoureux… »
Gérard Courtois, Le Monde

« Il y a quelques semaines, ce diagnostic serait apparu exagérément sombre. Aujourd’hui, il sonne juste. » Hervé Algalarrondo, Le Nouvel Observateur

Bayrou: « Il faut un choc »

 

L’interview de François Bayrou sur BFM :

Image de prévisualisation YouTube

L’interview de François Bayrou sur France inter :

http://www.dailymotion.com/video/xkm301

 

Il s’est constitué à Nantes, ce mardi 15 mars, un Collectif « Le
printemps des peuples » composé d’organisations d’ici et de là-bas et
de personnes déterminées à faire entendre sans relâche la voix rebelle
et magnifique de ceux qui se sont levés contre des dictatures
sanguinaires qui se croyaient invincibles, protégées qu’elles étaient
par les puissances internationales, et occidentales en particulier.
Parmi nous des camarades Libyens. En Libye aujourd’hui Khadafi, ivre
de pouvoir et assoiffé de sang promet d’exterminer jusqu’aux enfants
de ceux qui ont osé se dresser contre lui.
La communauté internationale ne doit pas le laisser accomplir ce carnage.

Pour le Collectif « Le printemps des peuples »,
Catherine Conan
0632150595
capture-image-rassemblement-nantes-libyetract-libye

reunion-du-27-janvier2011-3

Des militants studieux et attentifs du MoDem nantais lors de la réunion du 27 janvier

  • 1-Les cantonales.

2 candidats seront présents sur Nantes :

franck-meyer1

Franck Meyer avec comme suppléante Annie Le Gall (Alliance Ecologiste Indépendante ) sur le 5ème canton (Chantenay – Bellevue)

photo-patrick-boucheron1

Patrick Boucheron sur le 3ème canton (Centre – Beaulieu) aura comme suppléante Kristell Renaud du Parti Breton


Une souscription financière pour les frais de campagne est lancée (les dons donneront droit à une réduction d’impôt sur le revenu à hauteur de 66 % de leur montant et pourront être remboursés si le candidat reçoit au moins 5 % des suffrages exprimés).Vous pouvez envoyer vos promesses de dons à  Jérôme Fouqué prendre contact via son courriel : reveulzi@orange.fr

Les autres candidats présents sur le département sont les suivants :

Alain Guillon (Pornic) (président du MoDem 44 et maire de St Michel Chef Chef,

Bernard Coudriau (Saint-Philbert-de-Grand-Lieu), 1er adjoint au maire de St Lumine du Coutais (voir son site de campagne )

Philippe Fintoni (Paimboeuf) (voir son blog de campagne)

Pierre Lebouc (Herbignac),

Jean Pierre Savary (La Baule)

Jacques Houdouin (Le Loroux Bottereau)

La section de Saint-Nazaire ne présentera pas de candidat défendant ainsi le principe du pluralisme, compte tenu de la décision du PS de mettre un candidat face à Gilles Denigot, seul conseiller général Vert – EE sortant..

Le point commun de toutes les  candidatures du 44  est un engagement à siéger dans un groupe indépendant de l‘UMP et du PS en cas d’élection.

  • 2-La campagne

Des équipes de campagne se mettent en place pour soutenir les candidats :-aide à la rédaction des programmes, tracts, leur distribution sur les marchés et dans les boîtes à lettres.

Vous pouvez  rejoindre le groupe de travail « élections cantonales » à la permanence, 84 rue des Hauts Pavés tous les jeudis à partir de 10h et à la « Brasserie les Oliviers » cours des 50 otages de 12h30 à 14h.

·Rappel sur les compétences du conseil général :

1-L’action sociale et sanitaire

2-L’aménagement de l’espace et l’équipement

3-L’éducation, la culture et le patrimoine (par ex construction et  entretien des collèges)

4-Les actions économiques  (possibilité d’aides directes aux entreprises)

Les réunions de préparation (comité de rédaction/ planning des actions)seront affichées sur le blog de la section http://modemnantes.lesdemocrates.fr/ rubrique cantonales 2011 (marge de droite)

Le conseil départemental du 9 février prochain à Vertou sera en partie aussi consacré à l’organisation de la campagne sur le 44.

reunion-du-27-janvier2011-2

Sylvie Tassin, présidente de section et Cecile André

  • 3-Un tour d’horizon de la réforme territoriale,

dont nous remercions Cécile André qui a constitué avec Philippe Renaud et Joseph Laigre un groupe de travail à ce sujet. Vous trouverez ici le dossier de synthèse proposé

Le MoDem est opposé à cette réforme pour deux raisons principales  cf  la position nationale

1-La réduction du nombre des élus territoriaux risque d’avoir des effets néfastes sur la représentation des territoires (présence insuffisante dans les instances consultatives et décisionnaires : conseils d’administration, associations…)

2-Le mode de scrutin  (uninominal à 2 tours) empêche une bonne représentativité des différents courants d’opinion et sensibilités politiques alors qu’un scrutin mixte avec une dose de proportionnelle assure un plus grand respect du pluralisme.

  • 4-La  vigie citoyenne MoDem44  contre l’aéroport de Notre Dame des Landes  du 10 février

Place du Pont Morand (tout au bout du cours des 50 otages/juste avant le quai de Versailles) (voir événement sur Facebook)

Rappel : une conférence de presse aura lieu à 13h30/14h

Merci d’avance à tous ceux qui viendront nous soutenir entre 10h et 15h, avec un temps fort prévu sur le créneau de la pause déjeuner  et  une large distribution de tracts .

Sylvie Tassin

Contact : modemnantes@gmail.com

L’actualité à tous les niveaux nous démontre régulièrement que les politiques sont souvent conduites en méprisant ou en méconnaissant l’avis des citoyens. Ce comportement ne fait que renforcer le fossé qui se creuse entre les électeurs et la classe politique.

Prenons ici 4 exemples qui engagent la vie des générations à venir, l’aménagement d’une région, d’une ville et la vie d’un quartier…

  1. La réforme des retraites : nous venons de vivre un épisode que certains considèrent désormais comme classique en France, mais qui fait de notre pays, une sorte d’exception dans les régimes dits démocratiques.Pour redorer son blason, le président de la République a choisi au lendemain des élections régionales de s’engager sur une réforme emblématique, celle des retraites, un terrain dit miné que seul lui serait capable d’affronter. Alors qu’une réforme est effectivement nécessaire et vitale pour maintenir notre pacte social, celle ci aurait nécessité la plus grande transparence dans sa concertation et son élaboration. Au lieu de cela, c’est l’épreuve de force avec le pays , avec les représentants syndicaux, avec les jeunes, avec les représentants de l’opposition qui a été choisie comme méthode de gouvernement. Le résultat final de la loi votée risque de n’être qu’un effet de manche supplémentaire car il faudra sans nul doute se remettre à l’ouvrage d’ici moins de 3 ans, aucun des véritables problèmes de fond n’ayant été traité… Une méthode réformiste aurait au contraire exigé de mettre chacun devant ses responsabilités, les partenaires sociaux, les différents corps intermédiaires, les partis politiques, et enfin les citoyens eux même.C’est pourquoi les démocrates s’il avaient été aux manettes, auraient eu le courage de mettre un projet de loi sur les retraites en débat lors d’un référendum. François Bayrou a eu l’occasion de le rappeler (voir lien)
  2. La construction d’un aéroport du grand Ouest : nous avons l’exemple typique d’un serpent de mer que nous trainons depuis 30 ou 40 ans avec un projet qui a été lançé par une poignée d’illuminés qui avaient à l’époque comme objectif principal de faire atterrir le Concorde à Nantes… Le projet a été remis au goût du jour depuis 10 ans sans qu’aucune étude préalable sur la pertinence à long terme n’ait été menée sérieusement. Il vise surtout à satisfaire l’égo de certains élus ou décideurs locaux comme l’a rappelé Benoit Blineau lors de son intervention à Nantes Metropole (voir lien). On nous dit que rien désormais ne fera plus obstacle au lancement des travaux, pas même la contestation citoyenne ou un collectif d’élus qui doutent de la pertinence de l’aéroport, voire même l’accumulation des dettes de l’Etat et des collectivités. Les électeurs auraient soit disant validé les choix opérés par leur confiance à des majorités dans les exécutifs favorables au projet. Or à chaque élection locale, les listes soutenant le projet nous font savoir pendant la campagne, que l’enjeu des élections n’a rien à voir avec l’aéroport Notre Dame Des Landes ; par ailleurs à l’intérieur de ces majorités, il subsiste souvent des oppositions, des contradictions. Pourquoi alors n’avoir jamais organisé là aussi une consultation des habitants dans les 2 régions principalement concernées les Pays de la Loire et la Bretagne ?
  3. Le transfert du CHU à Nantes sur l’ile de Nantes. Voilà bien un sujet qui est venu dans l’actualité locale depuis début 2010 par le simple fait du prince (notre maire « archiduc » de Nantes ) et de ses conseillers. Le sujet n’avait jamais été avancé dans le programme de « Nantes&Plus » dont étrangement on ne retrouve nulle trace ou référence. Pourtant nous savons toute l’importance que représente un CHU (le 1er employeur bien souvent) dans une ville et plus largement une agglomération comme Nantes Métropole. Là aussi, le bon sens aurait exigé de prendre en considération toutes les dimensions du problème (intérêt d’abord médical de regrouper ou non des services dans un même lieu, conditions d’accessibilité en centre-ville, prise en compte de l’avis de l’ensemble des parties prenantes). Les élus du MoDem ont réagi vivement à cette annonce pour demander l’instauration d’un véritable débat (voir lien)
  4. Des nouvelles infrastructures comme une médiathèque dans les quartiers à Nantes. La vie dans les quartiers ne peut être le seul résultat d’initiatives d’élus en place ; les quartiers représentent par excellence un lieu d’appropriation immédiat dans une démocratie digne de ce nom. Dès lors, vouloir apporter des améliorations dans un quartier comme Bellevue avec la construction d’une médiathèque est certes louable, comme vouloir offrir un service public de l’emploi. Pour autant si ces choix se font sans concertation des habitants, sans prise en compte de leurs conditions, sans volonté d’une co-construction habitants, élus, architectes, associations, ces projets conduiront soit à une sous utilisation des équipements, soit à leur dénigrement. C’est d’ailleurs tout l’enjeu du débat organisé par l’association «quartiers livres » le 17 novembre à 18h30 à la maison des habitants et du citoyen de Bellevue (Place des Lauriers) auquel le MoDem tient à apporter son soutien.

Au travers de ces différents exemples, on ne peut que constater un point commun : oser le dialogue, le dépassement des clivages habituels, pour résoudre les problèmes concrets, jouer la confiance dans l’expertise citoyenne et les corps intermédiaires, ceci demande certes du courage politique pour des élus en place, mais c’est la seule méthode qui puisse transformer le réel durablement, pour un mieux être et un mieux vivre ensemble .

Telle est dans tous les cas la conviction des démocrates !